28 janvier 2013

Parfums -Philippe Claudel

PhilippeClaudelVous savez que j'aime cet auteur. Je lui suis fidèle. Quand il sort un nouveau livre, je l'achète (Il en va de même avec ses films d'ailleurs ! Quand il en sort un nouveau, je file au cinéma). Parce qu'il m'a souvent émue au travers de ces lignes. Intenses. Toujours un peu sombres. Mais toujours d'une très belle écriture.

L'avant dernier roman, c'était L'enquête. Que je n'avais pas trop aimé. Et là alors ? Parfums...

Ben non ! Pas plus ! Je me suis ennuyée dans la lecture. J'ai trouvé cela convenu et ayant un air de déjà vu. Ce n'est ni un roman, ni un recueil de nouvelles. Non c'est comme un album de souvenirs. Des retours en enfance pour l'auteur. Des moments de vie. En émotions, en images, en sensations, en odeurs. Et non vraiment ça n'a pas pris. Même parfois, je commençais la lecture d'un souvenir et...je passais à un autre.

Ce n'est pas mauvais hein. Pas du tout mais...Philippe Claudel m'a habituée à plus intense. Plus fort. Plus...quoi !

Alors là...ben non.

Sylire en parle ici . Son avis vous enverra vers d'autres...

Posté par Un autre endroit à 15:47 - - Commentaires [19] - Permalien [#]


19 janvier 2013

Profanes - Jeanne Benameur

profanes_001Je sais pourquoi j'aime ses livres me suis-je dit en débutant la lecture de celui-là. Parce que je m'y retrouve et que cela me fait du bien. Parfois je me sens en dehors des autres. Et Jeanne Benameur me rassure parce que je me rends compte avec son écriture et avec ses personnages que l'on peut se poser des questions toujours. Observer. Ressentir. Admirer. Penser. Voir. Regarder. Avoir peur. Réfléchir...et tout cela tout le temps. Je l'ai déjà dit en parlant de Laver les ombres. Les romans de Jeanne Benameur se ressentent plus qu'ils ne se lisent et c'est ça pour moi en fait. Je ressens la vie et cette auteure me fait comprendre que c'est normal. Que je ne suis pas la seule.

"Qu'il se laisse à nouveau, peu à peu, gagner par la beauté. Un arbre, la façon dont la ramure dessine contre le ciel un entrelacs très fin, aléatoire. C'est beau parce que c'est. Voilà. C'est Tout. Contempler ces branches-là, ces feuilles-là, rien d'autre. Juste ce qui s'offre. Il n'y a aucune intention dans un paysage, il n'y a aucune intention dans la ramure d'un arbre et ça, c'est un repos. S'absorber totalement à regarder. Se rendre. Sa façon de retrouver la paix."

Voilà des mots que j'aime lire. Dont je me remplis. Parce qu'ils disent ce que je peux être capable de ressentir parfois. M'arrêter. Ne plus penser à rien. Et regarder...Le beau qui se donne autour de moi.

"La mémoire est une hyène. Elle fouille, trouve toujours un lambeau à arracher."

Voilà des mots qui résonne en moi...parce que c'est tellement vrai.

Mais j'arrête là les citations. Je pourrais en mettre plein d'autres. Et puis je m'égare. Je parle de moi. Je devrais plutôt parler du livre...

Je me demande si je ne suis pas trop égoïste quand je lis. Je ramène à moi...des phrases qui parlent de personnages. Il ne faudrait pas que j'en oublie l'histoire. La réalité envahit la fiction...il faudrait que ce soit le contraire quand je lis... Tout ça c'est donc ce que j'ai aussi pensé au début. Et puis l'histoire m'a emmenée avec elle au délà des mots que j'aimais lire. Je me suis oubliée...

Je me suis attachée à Octave Lassalle et aux quatre personnes qu'il a fait venir près de lui pour une dernière route. Je me suis plue dans cette maison, dans ce jardin et ailleurs. J'ai aimé les absentes. C'était beau ce que je lisais alors. C'était émouvant, remuant et vraiment profond. C'était vraiment bien oui.

Et puis j'ai eu peur. Je ne sais pas si vous la connaissez cette peur quand vous êtes en train de lire un très bon livre ? La peur d'être déçue par la fin...parce que ça gacherait tout ce qu'il y a eu avant...et non. Oh que non je n'ai pas été déçue. Au contraire...

Les phrases sont belles et intelligentes. Je prends toujours le temps de les lire. De les relire. Ses personnages sont entiers. Je prends autant de temps pour les observer. Il y a une belle intimité dans ses pages...très belles pages...ah la la. J'aime beaucoup...voilà ! Moi ce sont des livres comme ça que j'aime.

Clara en parle ici. Nadael .

Posté par Un autre endroit à 16:18 - - Commentaires [32] - Permalien [#]

15 septembre 2012

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel - Marianne Rubinstein

arbresCe n'était pas une bonne idée de lire ce livre maintenant. La séparation j'y suis en plein dedans. La quarantaine je l'ai atteinte depuis quatre ans. Et en même temps qui mieux que moi, et celles qui ont vécu ces deux choses, peuvent ressentir ce livre et en voir les failles et les vérités. Mais tout cela est tellement personnel. Durant la lecture, je me disais souvent que je souffrais bien plus que cela. Que la violence de tout ça n'était pas assez donnée au travers des mots de l'auteure. Surtout quand il est question de son enfant...Je me disais qu'elle redressait la barre bien vite. Et puis quelques phrases plus loin, je me disais que oui c'était bien ça que l'on ressentait...alors...

Dans son roman, l'auteure parle souvent de "ce besoin de consolation impossible à rassasier". Sans doute est-ce cela que je suis allée chercher en choisissant ce livre. Mais oui vraiment...impossible à rassasier...

Seul le temps...

En fait, je ne peux pas vous dire si ce livre est bien...

Non je crois vraiment que ce n'était pas une bonne idée de lire ce livre maintenant. Parce que je passe à côté tellement je suis dedans...

Posté par Un autre endroit à 13:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

24 juillet 2012

Le tablier bleu - Martine Laffon, Patrick Degli-Esposti et Marie Boutroy

 Il y a des livres comme ça...vous croisez leur route - souvent parce que quelqu'un vous les met dans les mains - et voilà...

Là c'est B... Isabelle, il faut que tu lises ça...

tablierbleu-001L'objet en lui-même m'a tout de suite plu. Un petit livre à la couverture envahie de bleu. Un beau bleu. Et puis ces volutes. Je l'ai ouvert. Dedans un texte, court, accompagné de peintures et de mots calligraphiés. Et la quatrième... une belle invitation.

Je l'ai emporté à la maison. J'ai attendu un moment tranquille pour le découvrir. L'après-midi, sous le pommier, à l'ombre il ne faisait pas trop chaud, sur la chaise longue.

J'ai commencé ma lecture. Dès les premiers mots j'ai su que j'avais un petit bijou entre les mains. C'était juste une confirmation de ce que je sentais déjà. Le texte est beau et délicat. D'une jolie poésie. Il m'a fait penser à de doux moments de mon enfance. Là-bas dans ce jardin aux petites allées. Aux fleurs qui débordaient. Avec celle qui s'en occupait. Elle a vieilli...comme Louise dans le livre...et puis...

Je me suis attardée sur les peintures bleues, la couleur que j'aime, et sur les mots dessinés qui dansaient et s'envolaient...

Je ne vous dirai rien de plus sur Louise et le tablier bleu. Ce serait trahir la beauté du livre.

Il y a des livres comme ça...vous croisez leur route, souvent parce que quelqu'un vous les met dans les mains et voilà...vous les aimez et vous voulez les avoir près de vous...

Merci B.

Posté par Un autre endroit à 18:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 juin 2012

Les fleurs - Christian Gailly

LES FLEURS-001J'avais un peu perdu ce plaisir de flâner dans une librairie. De regarder dans le rayon des poches. Je choisis toujours des brochés pour la bibli. Et je sais presque quand j'y vais ce que je vais acheter sauf si mon libraire me met des livres dans les mains.

Là, je suis allée dans une autre librairie (han c'est pas bien !) et donc aux poches et juste pour moi ! Et voilà, j'en suis ressortie avec Les fleurs. Un petit livre de rien du tout. J'avais envie d'un petit pour couper un peu la lecture plus difficile (pas du tout un roman) du moment.

Les fleurs. Christian Gailly...j'aime bien cet auteur, son écriture, son style bien à lui. C'est une réedition. Il l'avait écrit en 1993. 

Alors...l'histoire...comme une énumération de faits et à la fois pas puisque les choses glissent. En fait le livre raconte une heure de vie. Et l'auteur intervient dans le texte. Commente. Bizarre cela m'a fait un double effet. Le j'aime beaucoup-j'aime pas (Si ça existe !). L'ambiance... j'ai aimé. Et j'attendais. Je regardais plutôt. J'observais la scène. La femme. L'homme. La cartouche. Les fleurs rouges. Le métro. Les tickets. L'un après l'autre. Le changement de station...non mais stop ! Ne pas tout dire...Et puis la fin...oh non...mais si si si, quand on relit les dernières pages c'est bien. Oui c'est bien. Très bien même ! Le j'aime beaucoup-j'aime pas s'est alors transformé en j'aime beaucoup-beaucoup...beaucoup !

Après Les fleurs...j'aime toujours autant l'auteur...

Posté par Un autre endroit à 11:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


27 mai 2012

Invitation pour la petite fille qui parle au vent - Sébastien Fritsch

petitefilleCela fait deux ans qu'il m'attendait. Et puis voilà enfin je l'ai lu...et...

Au début j'ai été un peu déstabilisée par sa structure. Un pas en avant, deux pas en arrière. Deux pas en avant, trois pas en arrière. L'histoire avance dans le temps puis recule, avance et recule beaucoup plus...mais très vite je me suis habituée. Je dirai même que j'ai beaucoup aimé cette façon de nous donner le récit. Découvrir ces personnes, par petits morceaux, à différents moments de leur vie. (Dans des lieux qui m'ont fait penser à  mon enfance : Nancy où j'ai vécu 3 petites années, Brabois, place Stanislas...). Je me suis attachée à cette famille. Aux caractères de chacun de ses membres. A leurs amis. Leurs collègues. J'ai compris au fur et à mesure. Et forcément, ce livre a entraîné chez moi des réfléxions, des remarques, des pensées. Sur la vie, les enfants, l'amour, les erreurs, les joies, les espoirs, les silences, les absences, les secrets, les acceptations, les jours qui passent, les ressentis de chacun qui ne sont pas toujours les mêmes...bref tout ce qui fait le sel de la vie. Et tout cela en fait un livre plein d'humanité. Un livre à l'image de ses personnages, un livre très attachant, simple, sensible, touchant. Touchant parce que ce qu'il dit est vrai. Si vous ne l'avez pas lu et bien je vous le conseille. C'est une jolie lecture...au très joli titre...et puis quand vous saurez pourquoi ce titre, vous le trouverez encore plus joli. Si si !

Posté par Un autre endroit à 15:06 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

28 avril 2012

Clair de femme - Romain Gary

clair-de-femme_couv-002Je comprends ceux qui trouvent ce livre magnifique. Mais moi je ne veux pas de ces mots parce que même si c'est un roman je n'y "crois" pas. Ces mots-là me rendent un peu désolée  mais en même temps c'est bien que je n'y crois pas. Ils laissent planer l'idée de quelque chose d'immensément beau. D'intensément fort. Il parle d'amour, de couple et lorsque l'on nous parle de ça même dans un roman, on prend ça au sérieux, -en tout cas moi,- sauf que..je doute que cela existe de l'immense comme ça en amour...de tels mots prononcés...

Oui c'est plutôt bien que je n'y crois pas...c'est même rassurant je trouve. Je mets des limites à mon imagination.

Alors voilà, ce livre,  je ne l'ai pas aimé. Il est bien trop beau...

Et oui mes lectures ne sont vraiment pas anodines en ce moment...(dit-elle avec un sourire calme...)

Posté par Un autre endroit à 18:25 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

21 avril 2012

Bon rétablissement - Marie-Sabine Roger

74187472_p-001Jean-Pierre a eu un accident. il est tombé dans la Seine. Il en est sorti avec l'aide d'un jeune homosexuel qui faisait là le tapin. Il se reveille donc à l'hopital, dans un sale état, ne se souvenant absolument pas de ce qui s'est passé.

Le roman, c'est donc son séjour à l'hopital. Les personnes qui le soignent, qui viennent le voir, le nourrir...et c'est drôle. J'ai éclaté de rire (ça faisait bien longtemps avec un livre...) plusieurs fois ! Mais j'ai aussi été plus émue parce que l'air de rien au travers de certaines pages rigolotes, se cachaient des choses sérieuses et même parfois tristes. Comme...oh non je ne vais pas vous le dire. (oui j'aime bien faire ça...!!)

C'était un régal cette lecture. Un simple léger régal qui fait du bien !

Je ne verrai plus les binious de la même façon !!! Oh hé ! Si vous voulez savoir, vous savez ce qu'il faut faire hein !! Allez on fonce à la bibli...la librairie...chez la copine qui l'a...

Cathulu en parle . (Elle vous enverra à son tour vers d'autres avis)

Posté par Un autre endroit à 10:27 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

10 avril 2012

Nos vies désacordées - Gaëlle Josse

nos-vies-desaccordees-gaelle-josse-9782746731448Ce court roman de Gaëlle Josse, j'y suis entrée pour en ressortir une fois le livre terminé...comme on écoute une musique. D'ailleurs, il est question de musique dans ces pages. Elles sont composées de plusieurs mouvements ou phrasés. Certains joués par François le pianiste. Triste mélodie intime, fragile, parfois énervée qui revient sur le passé et ce qu'il a fait et vécu avec Sophie la peintre.  Les autres mouvements, plus courts mais tout aussi émouvants et forts, sont donnés par un narrateur. Je voudrais croire que ce sont les notes de Sophie, ses pensées perdues, ailleurs... Et puis il y a les dernières mots du roman, au rythme différent...simplement beaux à lire...ou à entendre. La musique d'une vie et ses variations...

J'avais décelé le talent de l'auteur au travers de son premier roman, Les heures silencieuses, avec pourtant une retenue parce que ce n'était pas le moment pour cette lecture. Mais là le talent se confirme et sans retenue aucune. J'ai aimé, beaucoup. Douce ou vive, l'écriture m'a emportée.

Clara en parle ici.  Livrogne .

Posté par Un autre endroit à 12:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

26 mars 2012

Les heures silencieuses - Gaëlle Josse

LESHEURESSILENCIEUSESVoilà un roman dont je ne sais quoi penser. Mais en fait je sais pourquoi...ce livre de Gaëlle Josse, c'est entrer dans la vie d'une femme. Dans son intimité au travers des lignes de son journal. Elle parle de son enfance, de ses parents, de son mariage, de son mari...bref tout ce qui fait sa vie et je crois que cela a touché un peu trop mon intimité...il m'a fait réfléchir alors que je le fais déjà beaucoup en ce moment. Ma vie de femme est touchée alors forcément...Cependant, si j'essaie de me détacher, ce qui est difficile lorsqu'on lit, je me rends compte que oui ce roman est vraiment bien écrit. Que c'est un très beau portrait de femme. Finalement, que l'on soit en 1667 ou en 2012, une femme reste une femme, une mère, avec ses pensées, ses désirs, ses sacrifices, ses secrets, ses craintes...une femme forte et sensible à la fois.  Les heures silencieuses, j'y suis entrée à pas feutrés, un peu sur la réserve, j'en suis ressortie tout comme. J'observais, comme je regardais le tableau (point de départ du roman), et la fin m'a fait détourner le regard. Je crois que j'aurais aimé en avoir un peu plus. Et en même temps pas...Ouh la c'est compliqué tout ça...

Ce livre je le relirai dans quelques temps...Je saurai mieux l'apprécier. Et j'en penserai sans doute beaucoup de bien...oh je le fais déjà un peu quand-même.

Merci Caro (où caches-tu ton avis ? Je ne l'ai pas trouvé) pour ce cadeau, j'espère que tu ne seras pas trop déçue par mon avis. Sylire et Clara en parlent bien mieux ici et ici.

Posté par Un autre endroit à 14:55 - - Commentaires [16] - Permalien [#]